Quelques minutes pour changer d’avis : l’ortie.

QMCA - logoBonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau numéro de « Quelques minutes pour changer d’avis ». Nos trois challengers Wooly, Eddy et Violetta sont prêts à en découdre ! Tout le monde est prêt…? 3….2….1 C’EST PARTI !

Je suis une plante qui pousse dans n’importe quel environnement, les bois, les terrains abandonnés, les jardins. On me trouve beaucoup dans les régions tempérées et j’aime surtout les sols humides. Mes feuilles sont en forme de pique (comme l’As de pique) et bien que je sois l’ennemie des jambes dénudées, je peux être mangée en soupe et j’ai de grands pouvoirs médicinaux. JE SUIS JE SUIS… L’ORTIE ! 

qmpca2

L’ortie, l’amie de nos ancêtres 

L’ortie est une plante verte sans parfum, détestée à cause des brûlures qu’elle provoque au toucher,  pourtant elle est comestible et elle était l’une des plantes sauvages dont se nourrissaient nos ancêtres chasseurs-cueilleurs et qui aidait à leur survie.

Depuis la nuit des temps les hommes l’utilisent également pour soigner toutes sortes de maux. Ainsi :

Dans l’Antiquité, l’ortie était très utilisée pour des problèmes liés à la circulation du sang.

Au premier siècle après Jésus Christ, Dioscoride, un médecin grec, la prescrivait pour lutter contre les infections lors de blessures ouvertes et appliquait son jus pour arrêter des saignements de nez. Les Grecs s’en servaient aussi pour soigner les gens atteints de la tuberculose ou encore pour faire pousser les cheveux !

Selon les peuples, on lui trouve encore bien d’autres utilisations. Les Romains par exemple l’utilisaient pour lutter contre les rhumatismes tandis qu’en Inde elle servait à soigner des problèmes de peau et les douleurs articulaires.

Au Moyen-Âge, elle était même considérée comme une plante magique permettant de conjurer le mauvais sort.

Jusqu’au XIXème siècle, on considérait que se frapper le corps avec une botte d’orties était un moyen efficace de lutter contre les douleurs causées par les rhumatismes et aussi un moyen de se réchauffer.

Heureusement que l’on a arrêté cette technique !

Une utilisation inattendue

Autrefois, les fibres d’orties étaient très utilisées pour fabriquer des cordages, des fils et même des vêtements ! Une momie datant d’environ 3500 avant J-C a même été retrouvée enveloppée dans un fourreau réalisé en tissu d’ortie !
Pendant la première guerre mondiale, les Allemands utilisaient les orties pour fabriquer pratiquement tout l’équipement militaire des soldats : tentes, sacs à dos, vêtements. La couleur verte de l’ortie était très pratique  car elle permettait un camouflage naturel.

linda groseille

De nos jours, la fabrication de tissus à base d’ortie est devenue difficile car elle est très délicate et demande un savoir-faire que nous n’utilisons plus en Europe. En Chine par contre l’ortie est toujours utilisée pour fabriquer des vêtements entre autres.

Retour au XXIème siècle :

Mal connue, tombée dans l’oubli depuis le Moyen-Age, l’ortie est souvent considérée comme une mauvaise herbe envahissante et coriace car elle pousse en abondance un peu partout, sans l’aide de l’homme, et s’invite même dans nos jardins. À cause de ses feuilles qui piquent et donnent des boutons, nous avons appris à la craindre et à la regarder d’un mauvais oeil. On utilise même son nom dans une expression qui signifie que l’on va trop loin : « Faut pas pousser mémé dans les orties ! », et pourtant …. on la redécouvre  aujourd’hui !

 Après avoir lu ce qui suit, je suis sûr que vous la regarderez avec bienveillance.

(suite…)

Quelques minutes pour changer d’avis : le cafard

QMCA - logo

Bonjour et bienvenue à tous pour ce nouvel épisode de « Quelques minutes pour changer d’avis » !

Nos trois participants sont prêts et ont les mains sur le buzzer… 3…2….1….

C’EST PARTI !!!

Je mesure de quelques millimètres à 10 cm, j’ai 6 pattes et de grandes antennes. Je cours très vite et je suis très gourmand. On peut me trouver dans les forêts mais aussi dans les maisons et je suis le cauchemar des restaurateurs. Bien que je sois plutôt facile à vivre, on utilise mon nom dans une expression qui signifie que l’on est triste… JE SUIS JE SUIS…. Le cafard !

QMCA-plateau

Des cafards et des hommes

Le cafard est aussi appelé « blatte » ou « cancrelat » en Europe; les Québécois le nomment « coquerelle » et les Antillais « ravet ». Contrairement à ce que l’on pourrait penser, blatte n’est pas le féminin de cafard : c’est exactement le même insecte.

Ces insectes pénètrent dans nos habitations, mais ce sont de grands timides : ils n’aiment pas la lumière et sortent principalement la nuit à la recherche de miettes de tous genres. Ils raffolent des lieux humides et ont besoin de chaleur, c’est pourquoi ils adorent nos cuisines, en particulier près des moteurs des réfrigérateurs qui leur conviennent parfaitement pour y installer leurs nids. Ils se reproduisent très vite : un cafard peut pondre jusqu’à plusieurs milliers d’œufs par an.

Mais les cafards sont considérés comme nuisibles car ils peuvent être porteurs de virus et de bactéries pouvant causer des maladies graves chez l’homme (la poliomyélite par exemple) et provoquer des allergies, c’est pourquoi nous les évitons autant que possible.

Même si nous ne les considérons pas forcément comme des amis vu leur propension à envahir nos maisons et les risques de maladies qu’ils représentent,  ils nous inspirent pourtant depuis des décennies.

Ainsi ils sont les héros du dessin animé « Oggy et les cafards » où leur intelligence leur permet d’échapper sans cesse à un chat qui veut les attraper. Ils aident le héros de « Joe’s apartment » pour que l’immeuble dans lequel ils vivent tous ne soit pas détruit. Ils sont aussi les protagonistes d’une chanson espagnole très entêtante que vous connaissez sûrement… « La cucaracha » ! Eh oui, « cucaracha » en espagnol signifie « cafard » !

On utilise même son nom dans différentes expressions : « avoir le cafard » qui signifie que l’on est triste, que l’on déprime, et « cafarder » qui signifie dénoncer, rapporter des secrets.

visuel-1

(suite…)

Quelques minutes pour changer d’avis : le navet

QMCA - logo

Bonjour à tous ! C’est l’heure de notre second épisode de « Quelques minutes pour changer d’avis ! »

Nous voici de retour avec nos trois challengers, Eddy, Wooly et Violetta ! Les mains sur le buzzer …. 3…2…1…. C’EST PARTI ! Je suis une plante de la famille des crucifères (plantes dont les fleurs ont leurs pétales disposés en forme de croix) et on mange ma racine comme un légume. Ma racine est très variable dans sa forme et dans sa couleur, mais en Europe je suis surtout rond et bicolore (violet et blanc). Je suis un aliment bon pour la santé, j’apporte des vitamines, en particulier de la vitamine C et pourtant je ne suis pas très populaire. On utilise même mon nom pour qualifier un film de mauvaise qualité. Je suis, je suis … LE NAVET !

qmpca2

(suite…)

Quelques minutes pour changer d'avis : l'araignée

QMCA - logo

Bonjour à tous, fidèles de l’émission ou nouveaux arrivants ! Voici enfin notre semaine spéciale « Quelques minutes pour changer d’avis » que vous attendiez tant !

Cette année oppose 3 amis : Eddy, Wooly et Violetta !

Vous êtes prêts…? TOP C’EST PARTI !

Je suis une petite bête rampante, mais je ne suis pas un insecte. Je peux être veuve, panthère, ou encore labyrinthe. J’instigue la peur dans le coeur de ceux qui me voient, car j’aime bien me cacher dans les maisons, surtout au plafond, je suis je suis….

L’ARAIGNÉE !

QMCA

(suite…)