Quelques minutes pour changer d’avis : la guêpe.

QMCA - logo Aujourd’hui dans « Quelques minutes pour changer d’avis »,  nos 3 challengers Wooly, Violetta et Eddy s’affrontent ! Attention…. 3….2….1…. C’EST PARTIIIII ! Je suis un insecte qui porte une robe jaune et noire, ma taille est fine et je sème la terreur quand j’apparais, je suis je suis… LA GUÊPE !  QMCA Cet insecte fascinant est considéré comme un des meilleurs amis du jardinier ! 

Comme vous le savez notre émission se bat contre les préjugés, c’est pourquoi notre épisode de ce mois-ci porte sur cet insecte, qui est souvent très sous-estimé. En effet, les guêpes sont utiles et même indispensables à l’équilibre de nos jardins : elles sont de redoutables prédateurs… d’insectes ! Elles se servent de leurs proies pour nourrir leurs larves, et ainsi, elles permettent d’éviter que nos jardins soient trop pleins d’insectes !

Il existe même une sorte de guêpe très petite qui se nourrit exclusivement de pucerons, l’ennemi principal de nos jardins. Ce sont des parasites qui dévorent tout sur leur passage : plantes, légumes, fruits, c’est pourquoi les guêpes sont des insecticides naturels (et qui ne nous coûtent rien). Mais les insectes et les parasites ne sont pas le seul régime de la guêpe.
En effet, les guêpes sont des insectes butineurs qui passent d’une fleur à l’autre, attirées par leur parfum et leurs couleurs. Elles véhiculent ainsi le pollen depuis les étamines (organes mâles de la reproduction) vers le pistil (organe féminin de la reproduction). Un grain de pollen déposé sur le pistil d’une fleur féconde un ovule à l’intérieur, l’ovule devient alors une graine et le pistil un fruit.
La guêpe a donc une importante fonction de pollinisateur tout comme les abeilles et les papillons.

Si ces insectes disparaissaient 80% des plantes que nous cultivons ne pourraient plus se reproduire et nous manquerions de fruits et de légumes pour notre alimentation ! Alors protégeons-les ! guepe et fond-01 Comment éviter de se faire piquer ?

Sachez que les guêpes n’attaquent pas les humains pour le plaisir, mais seulement lorsqu’elles se sentent menacées.
Contrairement aux abeilles, elles peuvent piquer plusieurs fois. L’espèce la plus touchée est le chien, le cheval est une cible fréquente également. Les piqûres peuvent très dangereuses si elles sont multiples ou à l’intérieur de la gorge, de même en cas d’allergie.

Pour éviter de se faire piquer, il y a des gestes très simples :
– Éviter les parfums et les produits parfumés.
– Éviter les couleurs foncées. En effet, la couleur brune pourrait faire croire à la guêpe que vous êtes un ours, son grand ennemi.
– Lors d’un pique-nique, il faut veiller à bien recouvrir la nourriture (viande, sucrerie) et bien mettre ses déchets dans un sac fermé.
– On peut éloigner les guêpes avec des odeurs qu’elles n’aiment pas : placer par exemple un bol de clous de girofle écrasés, ou imbiber un coton d’huile essentielle de citronnelle ou de lavendin.
– Si malgré toutes ces précautions une guêpe s’approche de vous, il faut garder son calme et surtout ne pas faire de gestes brusques. Pensez à fermer la bouche si jamais vous êtes en train de manger ou de boire.

En restant calme, la guêpe ne se sentira pas menacée, et même si elle se pose sur vous, il y a très peu de risque qu’elle vous pique. N’oubliez pas que si vous faites des gestes brusques, la guêpe aura aussi peur de vous que vous d’elle !

Maintenant que vous savez que les guêpes sont utiles et qu’elles ne piquent que lorsqu’elles ont peur, avez-vous changé d’avis ?

Découvrez ci-dessous des conseils en cas de piqûre !

Que faire en cas de piqûre ?
En cas de piqure, il faut enlever le dard, approcher une source de chaleur (comme une cigarette en faisant attention à ne pas se brûler), et désinfecter la plaie. Il existe des recettes de grand-mère, comme appliquer un oignon sur la plaie ou la frotter avec du vinaigre. En cas de piqure sur la langue, il y a risque d’oedème et il faut consulter un médecin d’urgence. Sucer un glaçon en attendant, peut empêcher la langue de trop gonfler. Si après une piqure vous avez un œdème, si vous avez des vertiges, des difficultés à respirer, contactez immédiatement le Samu en appelant le 15 !

Surtout n’oubliez pas, la petite bête ne mange pas la grosse !

Si les personnages de Wooly, Eddy et Violetta vous ont plu, vous pouvez les retrouver sur des toiles ou encore sur des petits sacs à dos 100% bio ! Et pour changer d’avis sur les rats, je vous invite à découvrir le livre de Smarty le rat ainsi que sa peluche !

Quelques minutes pour changer d'avis : l'ail.

QMCA - logo

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans ce numéro inédit de Quelques minutes pour changer d’avis. Eddy, Wooly et Violetta, nos irréductibles participants sont en forme comme jamais ! Attention…. 3….2….1…. C’EST PARTIIIII !

Je suis petit et blanc. Les plus jeunes me détestent à cause de mon goût très prononcé mais j’ai de très nombreuses vertus médicinales. Certaines légendes me disent le pire ennemi de certaines créatures nocturnes alors que je suis très bon pour la santé… JE SUIS JE SUIS… L’AIL !

QMCA-plateau

Voici pour vous un condensé de l’émission !

– Pendant l’Antiquité, l’ail était considéré comme un symbole de force : en Egypte, les esclaves qui construisaient les pyramides en recevaient une ration quotidienne.
– Les Grecs et les Romains lui prêtaient des vertus toniques et anti-infectieuses.
– Au Moyen-Âge, l’ail était l’un des rares moyens de se protéger contre les épidémies.
– Louis Pasteur a démontré que l’ail est un antibiotique naturel.
– L’ail augmente les symptômes de la porphyrie, une maladie qui a inspiré le mythe des vampires.
– Il a de très nombreux bienfaits : il est entre autre antiseptique, antin-inflammatoire et antioxydant.
– Il est reconnu pour empêcher le développement de certaines bactéries, au niveau respiratoire et au niveau digestif.
– Il pourrait aider à diminuer les risques de certains cancers.
– En plus d’être très bon pour la santé, il est aussi délicieux à consommer !

Pour en savoir plus, je vous invite à lire notre récapitulatif détaillé ci-dessous ! 

“Même lavé à l’eau de rose, l’ail ne perd pas son odeur” dit un proverbe indien.

Il est vrai que son odeur en fait fuir plus d’un, il peut même effrayer votre rendez-vous!  Il existe d’ailleurs des lois à ce sujet dans certains pays: ainsi par exemple dans l’Indiana aux USA, il est interdit de rentrer dans un cinéma, dans un théâtre ou de monter dans un bus pendant 4 heures après avoir consommé de l’ail. A Toronto au Canada, il est interdit d’utiliser les transports en commun le dimanche si vous avez  mangé de l’ail. Pourtant c’est un aliment très bon pour la santé !

Une plante qui n’est pas un dét-ail dans l’Histoire 

Toutes les grandes civilisations (égyptienne, grecque, romaine, chinoise) ont fait à un moment donné, l’apologie de cette plante potagère.

En Egypte à l’époque des pharaons, l’ail était cultivé et utilisé de manière très importante. De par son odeur et son goût très prononcés, il était considéré comme un symbole de force. Les esclaves qui participaient à la construction des pyramides en recevaient une ration quotidienne afin de leur donner la force dont ils avaient besoin pour ce travail épuisant. L’ail était également utilisé comme désinfectant :  il était appliqué sur des blessures, des piqûres d’insectes, même de scorpions, ou encore des morsures de serpents. L’ail était tellement important à l’époque que le pharaon Kheops en fit graver l’image à l’intérieur d’une pyramide !

L’image de l’ail comme fortifiant et désinfectant était donc très répandue dans l’Egypte antique et l’est restée encore pendant de nombreuses années. Les Grecs et les Romains eux aussi prêtaient des vertus toniques et anti-infectieuses à l’ail ainsi que des vertus cardiovasculaires (bon pour le coeur et la circulation du sang). Les athlètes qui participaient aux Jeux Olympiques mangeaient même quelques gousses d’ail avant l’effort ! On trouve une mention de l’ail dans l’Odyssée d’Homère : le héros Ulysse l’utilise comme antidote pour ne pas être changé en cochon par la sorcière Circé. Cependant son odeur forte lui valut d’être dédaigné par les classes supérieures, surtout en Grèce, réservant ainsi la consommation de l’ail aux soldats, aux athlètes et aux pauvres.

Capture d’écran 2015-04-30 à 16.47.44

Un champs d’ail contre le mal

Des centaines d’années plus tard, durant le Moyen-Âge, l’ail était l’un des rares moyens de se protéger des épidémies de peste, de choléra ou encore de lèpre. Même si l’on n’était pas encore capable à l’époque d’expliquer scientifiquement son effet antiseptique, il était régulièrement mâché pour se protéger contre toutes sortes d’épidémies.

En 1858, Louis Pasteur démontre que l’ail peut détruire certaines bactéries et en conclut qu’il est un antibiotique naturel. Pendant la première guerre mondiale, l’ail était utilisé contre la gangrène et la septicémie (une infection généralisée grave de l’organisme) et pendant la seconde guerre mondiale, les Russes l’utilisaient lorsqu’ils manquaient de pénicilline.

Toutes ces vertus ont fait de l’ail une plante mythique au fil des siècles et il devient même un sauveur dans une légende très connue. Si je vous parle de la Transylvanie… d’un comte aux dents pointues qui se nourrissait de sang humain… de Dracula, le plus célèbre des vampires! Nous connaissons tous ces histoires de vampires qui mordent les humains et sucent leur sang. Ces humains meurent mais peuvent ressuciter en tant que vampires avec le même aspect terrifiant : crocs, longs cheveux hirsutes… En réalité, il existe une explication logique à cette superstition basée très probablement sur une vraie maladie qui s’appelle la porphyrie. Cette maladie du sang rend le patient très sensible au soleil, elle peut faire virer les dents et les ongles vers le rouge, entraîner une nécrose des gencives faisant ressortir les dents, entraîner une croissance anormale des cheveux … Ce sont sans doutes ces symptômes qui ont inspiré le mythe des vampires. Or les vampires ont une aversion à l’ail, une seule gousse suffit pour les faire fuir ! L’ail est donc une arme très efficace contre les vampires !!  Mais mis à part ces histoires de vampires, c’est un fait que l’ail est capable de chasser certains parasites suceurs de sang comme les tiques, insectes pouvant entraîner une maladie grave: la maladie de Lyme.

Un évent-ail de bienfaits 

Outre la protection contre les vampires, l’ail a de très nombreux bienfaits qui ont été prouvés pendant les deux derniers siècles.

Antiseptique, anti-inflammatoire, antioxydant, antiallergique , anti-cholestérol et ayant un effet positif sur la prévention de certains cancers, l’ail est une plante qu’on peut qualifier de miraculeuse. Afin de garder un maximum de ses bienfaits, il est conseillé de le consommer cru.

De nos jours, l’ail est reconnu pour empêcher le développement des bactéries, plus principalement au niveau de l’appareil digestif. Il aide aussi au traitement des maladies respiratoires comme la toux, le rhume et diminue certaines allergies.

Il aide  au niveau de la circulation du sang,  il diminue la pression artérielle , empêche la formation de caillots dans le sang, diminuant ainsi les risques d’infarctus et d’AVC.

L’ail contient également un antioxydant. Les antioxydants regroupent les vitamines, des oligo-éléments et des micronutriments qui aident à nous protéger du vieillissement en luttant contre l’usure de nos cellules. L’ail permet donc à notre organisme de rester en forme !

Plusieurs études publiées entre 1966 et 1999 démontrent une diminution de 30 % du risque du cancer colorectal et d’environ 50 % du risque de cancer de l’estomac en cas de consommation régulière d’ail. Il est cependant difficile à l’heure actuelle de déterminer quelle quantité il faudrait consommer car les quantités ingérées différaient considérablement d’une étude à l’autre.

L’ail est donc l’une des principales plantes protectrices de la santé en général et du bon fonctionnement du métabolisme. La prudence est toutefois recommandée : en effet, une trop grande consommation d’ail pourrait causer des brûlures gastriques. De même il faut éviter la consommation de grandes quantités d’ail frais durant la prise de certains médicaments anticoagulants, ce qui pourrait augmenter les risques de saignement.  Il ne faut donc pas trop en abuser non plus afin d’éviter des interactions néfastes.

Le retour du jet d’ail

Depuis plus de 5000 ans l’ail est connu pour ses nombreux bienfaits au niveau de la santé. Mais ce n’est pas sa seule vertu : il est aussi délicieux à consommer! Utilisé délicatement, il peut sublimer un plat, des recettes les plus simples aux plus élaborées!

Il est même l’ingrédient principal de plusieurs recettes : le préfou (pain à l’ail), la soupe à l’ail et l’aïoli (mayonnaise à l’ail) sont les plus connues. Le cuire au four avec sa peau en accompagnement d’un poulet rôti lui permet de révéler toute sa saveur tout en adoucissant son goût très prononcé : on appelle cette cuisson « en chemise ». On peut également le trouver séché et en poudre, il devient ainsi plus facile de doser son utilisation : une simple pincée de ce condiment délicieux peut ravir toutes les papilles.

Bien qu’il fut considéré comme un aliment des classes les plus basses de la société pendant plus de 1000 ans, il est de nos jours difficile de s’en passer !

Terminons avec le proverbe de Alexandre Vialatte: “Manger de l’ail. Ca rajeunit l’organisme et ça éloigne les importuns.”

Maintenant que vous savez que l’ail est dégusté depuis des milliers d’années et qu’il est très bon pour la santé, avez-vous changé d’avis ?

Si les personnages de Wooly, Eddy et Violetta vous ont plu, vous pouvez les retrouver sur des toiles ou encore sur des petits sacs à dos 100% bio ! Et pour changer d’avis sur les rats, je vous invite à découvrir le livre de Smarty le rat ainsi que sa peluche !

Made in France

Mes chers amis,
Aujourd’hui j’aimerais vous annoncer une très bonne nouvelle : je serai présent au salon du Made in France qui se tiendra les 6, 7 et 8 novembre 2015 à Paris expo Porte de Versailles.
Je suis heureux d’être présent à ce salon car les produits de fabrication française sont très important pour moi : ma peluche ainsi que mon livre sont entièrement fabriqués en France.
.

La Peluche française Smarty le rat

1Ma peluche est réalisée en Bretagne, à Châteaubourg (35), par Maïlou Tradition.
Cette entreprise est la dernière du pays à réaliser des peluches 100% « Made in France ». Il est primordial pour moi de soutenir la dernière entreprise française de peluche et de plus, les couturières de Maïlou Tradition réalisent toutes leurs créations de manière artisanale. Les tissus utilisés pour réaliser ma peluche sont fabriqués en Europe et celui du t-shirt est même fait en Bretagne !
 .
.
smarty (33)
Mon autobiographie est également Made in France. Le livre est imprimé à Mauguio (34) par Pure Impression, une imprimerie française éco-responsable. Ainsi, mon livre est labellisé imprim’ vert et print environnement !
 .
Il est fondamental pour moi de faire appel à des entreprises locales afin de perpétuer l’artisanat français. Ainsi, la réalisation de mes produits dans l’hexagone permet de respecter notre planète en limitant l’utilisation de carburants. Ma peluche et mon livre sont donc des produits éco-conçus 100% fabriqué en France.

Quelques minutes pour changer d’avis : l’ortie.

QMCA - logoBonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau numéro de « Quelques minutes pour changer d’avis ». Nos trois challengers Wooly, Eddy et Violetta sont prêts à en découdre ! Tout le monde est prêt…? 3….2….1 C’EST PARTI !

Je suis une plante qui pousse dans n’importe quel environnement, les bois, les terrains abandonnés, les jardins. On me trouve beaucoup dans les régions tempérées et j’aime surtout les sols humides. Mes feuilles sont en forme de pique (comme l’As de pique) et bien que je sois l’ennemie des jambes dénudées, je peux être mangée en soupe et j’ai de grands pouvoirs médicinaux. JE SUIS JE SUIS… L’ORTIE ! 

qmpca2

L’ortie, l’amie de nos ancêtres 

L’ortie est une plante verte sans parfum, détestée à cause des brûlures qu’elle provoque au toucher,  pourtant elle est comestible et elle était l’une des plantes sauvages dont se nourrissaient nos ancêtres chasseurs-cueilleurs et qui aidait à leur survie.

Depuis la nuit des temps les hommes l’utilisent également pour soigner toutes sortes de maux. Ainsi :

Dans l’Antiquité, l’ortie était très utilisée pour des problèmes liés à la circulation du sang.

Au premier siècle après Jésus Christ, Dioscoride, un médecin grec, la prescrivait pour lutter contre les infections lors de blessures ouvertes et appliquait son jus pour arrêter des saignements de nez. Les Grecs s’en servaient aussi pour soigner les gens atteints de la tuberculose ou encore pour faire pousser les cheveux !

Selon les peuples, on lui trouve encore bien d’autres utilisations. Les Romains par exemple l’utilisaient pour lutter contre les rhumatismes tandis qu’en Inde elle servait à soigner des problèmes de peau et les douleurs articulaires.

Au Moyen-Âge, elle était même considérée comme une plante magique permettant de conjurer le mauvais sort.

Jusqu’au XIXème siècle, on considérait que se frapper le corps avec une botte d’orties était un moyen efficace de lutter contre les douleurs causées par les rhumatismes et aussi un moyen de se réchauffer.

Heureusement que l’on a arrêté cette technique !

Une utilisation inattendue

Autrefois, les fibres d’orties étaient très utilisées pour fabriquer des cordages, des fils et même des vêtements ! Une momie datant d’environ 3500 avant J-C a même été retrouvée enveloppée dans un fourreau réalisé en tissu d’ortie !
Pendant la première guerre mondiale, les Allemands utilisaient les orties pour fabriquer pratiquement tout l’équipement militaire des soldats : tentes, sacs à dos, vêtements. La couleur verte de l’ortie était très pratique  car elle permettait un camouflage naturel.

linda groseille

De nos jours, la fabrication de tissus à base d’ortie est devenue difficile car elle est très délicate et demande un savoir-faire que nous n’utilisons plus en Europe. En Chine par contre l’ortie est toujours utilisée pour fabriquer des vêtements entre autres.

Retour au XXIème siècle :

Mal connue, tombée dans l’oubli depuis le Moyen-Age, l’ortie est souvent considérée comme une mauvaise herbe envahissante et coriace car elle pousse en abondance un peu partout, sans l’aide de l’homme, et s’invite même dans nos jardins. À cause de ses feuilles qui piquent et donnent des boutons, nous avons appris à la craindre et à la regarder d’un mauvais oeil. On utilise même son nom dans une expression qui signifie que l’on va trop loin : « Faut pas pousser mémé dans les orties ! », et pourtant …. on la redécouvre  aujourd’hui !

 Après avoir lu ce qui suit, je suis sûr que vous la regarderez avec bienveillance.

(suite…)